Présentation de Globafrica

Coordination scientifique :
Adrien Delmas (directeur de l’IFASRecherche)  dir.research@ifas.org.za

Porté par l’USR 3336, GLOBAFRICA est un programme d’histoire qui entend repenser l’intégration de l’Afrique avec le reste du Monde sur la longue durée. Ce projet multidisciplinaire propose ainsi de fonder de nouveaux outils pour donner une vision équilibrée des connexions qui reliaient l’Afrique aux autres continents avant la traite du XVIIIe et le colonialisme du XIXe siècle – une vision aussi éloignée du postulat simpliste d’une Afrique isolée que de la réification à outrance de connexions encore largement méconnues. Des phénomènes tels que les dynamiques de peuplement, les crises démographiques et épidémiologiques mais aussi la complexification sociale et les formations étatiques ou culturelles sont donc abordés sous l’angle des échanges intercontinentaux. Pour ce faire, l’attention portera tout particulièrement sur les relations entre, d’une part, les interfaces océaniques et saharienne, et, d’autre part, les configurations politiques et sociales de l’intérieur du continent. Jusqu’où, jusqu’à quel point et à partir de quand faut-il considérer le continent africain comme intégré au reste du monde ?

D’un point de vue théorique, GLOBAFRICA ambitionne donc de compléter le seul modèle commercial des échanges et de complexifier, par une démarche pluridisciplinaire inédite – mêlant lecture ou relecture de sources écrites anciennes, travail sur des collections archéologiques existantes ou en cours d’élaboration, et apports des sciences dures (paléo-botanique, génétique ou chimie) – nos outils pour appréhender des « connexions » : que ce soit de nouveaux éléments, tels que la culture matérielle, les textes ou les éléments environnementaux, ou de nouvelles évidences, telles que les épidémies, qui battent en brèche l’idée d’isolement. En déportant l’attention sur les sociétés de l’intérieur et leurs interactions avec les interfaces du continent, GLOBAFRICA permettra ainsi de dépasser les grands récits euro- mais aussi indo- ou islamo-centrés de stimuli extérieurs, qui restent trop souvent les éléments explicatifs des dynamiques historiques africaines, et de leur substituer une vision équilibrée et une périodisation propre à une « mondialisation africaine ».

anr-logo  CNRSfr  ifas-research-2012-combo-horisontal 

logo-ifra-nigeria logo-ifra-nairobi  logo-cirad    logo-univ-paris1.fr   logo-cirad    logo-lam  logo-uppa    

Laisser un commentaire