Une civilisation disparue au cœur de l’Afrique

Par Bernadette Arnaud

La cité d’Ifé, dans l’actuel Nigeria, a été brutalement abandonnée au 14è siècle, avant d’être repeuplée trois siècles plus tard. Dans une thèse audacieuse, un chercheur évoque pour la première fois une possible épidémie de peste noire qui aurait ravagé le continent. Cet article est extrait du magazine Sciences et Avenir n°867 (mai 2019).

Pour atteindre l’Ifé Médiévale, il faut se rendre dans la moderne Ilé-Ifè, une ville de 500 000 habitants, nichée à la limite de la forêt et de la savane non loin des côtes du golfe de Guinée, au sud-ouest du Nigeria. Une cité admirée pour les trésors archéologiques qu’elle a livrés au début du XXe siècle, qui figurent parmi les plus raffinés d’Afrique occidentale. Mais ce n’est pas pour étudier les magnifiques têtes et bustes en laiton, bronze ou terre cuite, datés du XIVe siècle, que Gérard Chouin, archéologue et historien français associé à l’Institut des mondes africains (Imaf : UMR 8171/CNRS et 243/IRD) se rend sur place. Le spécialiste vient en e et de se lancer dans une enquête inédite : tenter de retrouver des restes humains remontant à cette période médiévale pour y rechercher… des traces de la peste.

Car ce scientifique a une intuition qui pourrait bien résoudre une énigme qui remonte à la découverte du site. Si les habitants d’Ifé ont quitté précipitamment les lieux au XIVe siècle, abandonnant leurs richesses, ce serait pour fuir ce fléau qui, au même moment, faisait des ravages en Europe… Une hypothèse qui, si elle était avérée, pourrait réécrire tout un pan de l’histoire du continent africain.

C’est l’anthropologue allemand Leo Frobenius qui le premier, en 1910, exhuma à Ifé des têtes en terre cuite ou en bronze coulé à la cire perdue. Avant que ne soient accidentellement extraits d’une cache, en 1938, 17 autres bustes en bronze et laiton « Frobenius a surtout été le premier à comprendre qu’Ifé, fondée au Xe siècle, avait aussi été un centre industriel de production du verre au coeur de l’Afrique, preuve de la longue maîtrise des arts du feu et des cuissons par ses artisans« , explique Gérard Chouin.